Notice

Auteur(s) Jean-Luc PIAT
Date de publication2019
Titre complet de la publicationBordeaux (33), Place Pey Berland. Chevet de la cathédrale Saint-André
Type de publicationRapport
ÉditeurÉveha
Nombre de volumes1
Langue du documentfrançais
RésuméLors des travaux de restauration engagés au-dessus des chapelles du chevet par l'entreprise Les Compagnons de Saint-Jacques (sous la maîtrise d’œuvre de Michel Goutal, ACMH et de son chef de projet Olivier Vigoureux, architecte), le rejointoiement des contreforts extérieurs des travées [H00] et [H01] qui encadrent les baies du chœur a mis en évidence l'existence, à 2 mètres de hauteur au-dessus de la coursive extérieure de circulation, d'un bouchage en pierre et mortier de chaux de chaque côté du contrefort. L'enlèvement d'un de ces bouchages sous l'arc-boutant [I bis] a révélé l'existence d'une console de pierre moulurée enchâssée dans l'épaisseur du contrefort. Cette console, engagée dans le tableau en pierre de taille formant la séparation verticale entre les baies du chœur, avait été chemisée et masquée par l'adjonction du dosseret servant à asseoir la retombée de l'arc-boutant. Cette découverte présente l'intérêt de confirmer une phase de construction déduite par d’autres éléments, laquelle marque un changement de parti important dans la reconstruction du chevet dans le courant de la première moitié du XIVe siècle. Elle témoigne que le contrebutement actuel par une double volée d’arc-boutant n’était pas celui prévu initialement. Un premier dispositif différent, sans doute proche de ceux mis en place aux cathédrales de Limoges, Rodez ou Clermont-Ferrand, devait avoir été prévu et mis en place. Mais il fut abandonné au milieu du XIVe siècle pour le système actuel. Par ailleurs, les travaux de restauration de la balustrade de couronnement de la chapelle axiale du Saint- Sacrement ont mis en évidence une mise en œuvre particulière des blocs de pierre, avec des assemblages surprenants, peu commune pour un ouvrage conçu en stéréotomie. L’observation et les prélèvements de mortier ont permis d’établir que ces découpes d’appareils étaient des rapiéçages, consécutifs des restaurations de la seconde moitié du XIXe siècle.
Mots-clés (sujet)Arc-boutant, contrefort, coursive, balustrade
Mots-clés (période)Moyen Âge
Mots-clés (géographie)Nouvelle-Aquitaine, Gironde, Bordeaux, Place Pey Berland

Accès au document

Document non accessible : le document n'est pas encore numérisé ou bien fait l'objet de droits de reproduction réservés par l'éditeur.

Référence bibliographique

Piat 2019 : PIAT (Jean-Luc) dir. — Bordeaux (33), Place Pey Berland. Chevet de la cathédrale Saint-André. Rapport final d'opération archéologique, Service régional de l'Archéologie de Nouvelle Aquitaine. Limoges : Éveha, 2019.