Notice

Auteur(s) Valentina BELLAVIA, Élise DOYEN, Julian WIETHOLD
Date de publication2018
Titre complet de la publicationNouvelles données anthracologiques de la Champagne (Marne, Grand-Est) entre le Mésolithique et le second âge du Fer et leur implication pour l'histoire du pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) dans la région entre le début et le milieu de l’Holocène
Type de publicationArticle dans un périodique
Revue ou périodiqueArcheoSciences [En ligne]
Numéro42-1
Moisjuin
Année du n°2018
Page(s)1-13
Langue du documentfrançais
RésuméLes résultats des analyses anthracologiques efectuées sur cinq sites archéologiques dans la Marne (région Grand-Est, France), fouillés entre 2011 et 2014 par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), sont présentés dans cet article. Il s’agit en grande partie de charbons de bois issus de structures archéologiques en creux telles que des silos, des fosses ou des puits, datés du Mésolithique à La Tène. L’analyse microscopique des charbons de bois a permis de déterminer que les essences exploitées par l’homme surtout comme combustible, étaient essentiellement du pin et du chêne à feuillage caduc. Les résultats anthracologiques obtenus ont révélé une présence importante de charbons de Pinus sp./Pinus type sylvestris. Le pin est le taxon dominant au Mésolithique. Au Néolithique ancien, les pourcentages de pin diminuent au proit de la chênaie mixte. Entre le Néolithique moyen et le Bronze inal, le pin est à nouveau l’espèce dominante avant une nouvelle diminution durant le premier âge du Fer ; cette baisse correspond à une nouvelle augmentation des chênes à feuillage caduc et des autres composantes de la forêt mixte caducifoliée et d’espèces de lisière. Enin, le pin est encore le taxon dominant jusqu’à La Tène inale (LT D). La persistance du pin dans la composition des massifs forestiers semble être une particularité régionale, car dans la plupart des autres régions, il a tendance à fortement régres- ser dès le Préboréal (vers 8600 av. J.-C.) au proit des feuillus. Une comparaison des données anthracologiques avec des données palynologiques acquises dans la région, nous aide à mieux éclairer cette question concernant la persistance du pin sylvestre en Champagne durant la Pré- et la Protohistoire et enrichit le débat concernant son possible indigénat.
Mots-clés (sujet)anthracologie, exploitation, indigénat, Pinus sylvestris
Mots-clés (période)
Mots-clés (géographie)France

Accès au document

Lien vers la publication en lignehttp://journals.openedition.org/archeosciences/5224

Référence bibliographique

Bellavia et al. 2018 : BELLAVIA (Valentina), DOYEN (Élise), WIETHOLD (Julian) — Nouvelles données anthracologiques de la Champagne (Marne, Grand-Est) entre le Mésolithique et le second âge du Fer et leur implication pour l'histoire du pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) dans la région entre le début et le milieu de l’Holocène. ArcheoSciences [En ligne], 42-1, 2018, p. 1-13.