Notice

Auteur(s) Laurent D'AGOSTINO, Évelyne CHAUVIN-DESFLEURS
Date de publication2017
Titre complet de la publicationAmbérieu-en-Bugey (01), Château des Allymes. Rapport intermédiaire (tranche 1): la tour carrée et le logis
Type de publicationRapport
ÉditeurÉveha
Nombre de volumes2
Langue du documentfrançais
RésuméSitué sur les premiers contreforts du Bugey, sur les hauteurs d'Ambérieu-en-Bugey, le « château » des Allymes est à l'origine une bâtie construite dans le cadre de la guerre delphino-savoyarde dans les premières années du XIVe siècle : il s'agit d'une fortification secondaire à vocation essentiellement militaire dépendant d'un château princier plus important. Sur ce territoire contrôlé par le château dauphinois de Saint-Germain, une première fortification de terre et de bois est édifiée en 1305 en réponse à la construction de la bâtie savoyarde de Luisandre, dépendant du château de Cornillon à Saint-Rambert-en-Bugey, sur la frontière entre les deux principautés. La bâtie est reconstruite en pierre à partir de 1312 et dotée d'un bourg en 1318. Elle passe à la Savoie en 1334, puis est inféodée à un vassal du comte de Savoie à la fin de la guerre en 1355 et passe entre les mains de différents propriétaires. Des restaurations sont entamées dès la fin du XIXe siècle. Classé Monument historique depuis 1960, propriété de la ville d'Ambérieu-en-Bugey depuis 1984, le château des Allymes fait l'objet d'un programme de restauration de quatre ans (2017-2020). La première tranche de ces travaux, réalisée en 2017, concernait la tour carrée et le logis. Après une première phase de relevé photogrammétrique exhaustif des élévations extérieures du château, l'étude archéologique du bâti visait à identifier les différentes phases de construction, de réaménagement et de restauration des bâtiments, mais aussi à accompagner les travaux en matière de choix architecturaux. La première grande phase identifiée à ce stade correspond à la bâtie en pierre édifiée entre 1312 et 1317, formée non seulement de la tour carrée, mais aussi des deux courtines adjacentes, à l'exception des chemins de ronde restaurés au XIXe siècle. La seconde intervient dans les années 1580-1590 avec la construction de la charpente actuelle de la tour carrée et l'édification d'un vaste logis Renaissance par René de Lucinge, ambassadeur du duc de Savoie qui négocie le rattachement de la Bresse et du Bugey à la France en 1601. Ces bâtiments tombent progressivement en ruine au XIXe siècle, une partie de ce logis est détruite et une restauration intervient vers 1860 par Adolphe de Tricaud qui rénove le vieux château : un angle de la tour, sa charpente, les chemins de ronde des courtines et le logis font l'objet de travaux. Enfin, de multiples restaurations ponctuelles des enduits sont réalisées à partir des années 1964-1965. La suite de l'intervention permettra de poursuivre cette analyse sur les courtines de la cour, la grande tour ronde, mais aussi le mur bouclier et la tour nord, et de livrer un nouveau regard sur cet édifice encore mal connu, malgré les fouilles menées à partir de 1964 par Antoine Bon puis Bernard Mandy dans les années 1970.
Mots-clés (sujet)Château, métal, armement
Mots-clés (période)Époque médiévale, Moyen Âge classique, Bas Moyen Âge, Temps Modernes
Mots-clés (géographie)Auvergne-Rhône-Alpes, Ain, Ambérieu-en-Bugey

Accès au document

Document non accessible : le document n'est pas encore numérisé ou bien fait l'objet de droits de reproduction réservés par l'éditeur.

Référence bibliographique

D'Agostino, Chauvin-Desfleurs 2017 : D'AGOSTINO (Laurent), CHAUVIN-DESFLEURS (Évelyne) — Ambérieu-en-Bugey (01), Château des Allymes. Rapport intermédiaire (tranche 1): la tour carrée et le logis. Rapport final d'opération archéologique, Service régional de l'Archéologie d'Auvergne-Rhône-Alpes. Limoges : Éveha, 2017. 2 vol.