Notice

Auteur(s) Gaëlle ANDRÉ, Aurélie LAUREY, Nicolas PEYNE
Date de publication2017
Titre complet de la publicationSouppes-sur-Loing (77), Le Boulay
Type de publicationRapport
ÉditeurÉveha
Nombre de volumes2
Langue du documentfrançais
RésuméLe projet d'extension de la carrière SCSL à Souppes-sur-Loing (77) a donné lieu à une opération de diagnostic menée en 2006 par O. Maury (Inrap). Ce diagnostic, d'une surface totale de 33 ha sondée à 19 %, a permis d'identifier plusieurs occupations humaines depuis l'âge du Fer jusqu'à la période moderne. Deux secteurs sont apparus plus particulièrement remarquables avec, d'une part, la découverte d'un enclos quadrangulaire protohistorique et, d'autre part, celle d'un ensemble bâti du bas Moyen Âge constitué de plusieurs arases de murs et des zones de démolition. Suite à la prescription d'une opération de fouille par le SRA, le bureau d'études Éveha est alors intervenu sur ces deux secteurs entre le 4 août et le 7 novembre 2014, sous la direction de G. André. La première zone, d'une surface d'environ 4000 m2, a révélé la présence d'un enclos fossoyé rectangulaire daté de la fin de La Tène finale. Il pourrait répondre aux caractéristiques d'un sanctuaire. Dix sépultures, implantées de la fin du II e jusqu'au IV e siècle de notre ère, prennent place à l'intérieur de celui-ci. Elles témoignent de la pérennité de l'enclos malgré un remblaiement rapide de son fossé, de l'attrait du lieu et de sa symbolique conservés. Un second petit ensemble funéraire tardo-antique de sept inhumations a également été mis au jour au nord de la zone 2. Celle-ci, d'une superficie de 2,7 ha, a livré des vestiges très diversifiés et diachroniques. La Protohistoire y est représentée de façon anecdotique. L'occupation la plus dense s'établit entre le XII e s. et le XVI e s. dans l'angle nord-est de la parcelle. Elle se développe dans un premier temps sous la forme d'une plateforme fossoyée de 1500 m2, abritant un habitat de type seigneurial, et de sa possible basse-cour. Dans le courant du XIV e siècle, le site est démantelé, les fossés remblayés. Après l'arasement de la plateforme et de la destruction de son habitat, l'espace ainsi libéré est réutilisé avec l'installation d'une grande ferme de 2500 m2, possiblement élitaire. Elle est circonscrite par un large mur d'enceinte contre lequel s'organisent, autour d'une cour centrale, plusieurs bâtiments, parmi lesquels un logis et plusieurs annexes à vocation agricole ou pastorale. La mention d'une ferme dite du « petit Boulay » dans un texte de 1602 pourrait faire écho à ce grand établissement trapézoïdal. Son abandon se situe autour de la fin du XVI e siècle. Au début du XVIII e siècle, la création du parc du château du Boulay efface définitivement toute trace de ces deux habitats successifs. Ce jardin est perceptible sur les parcelles concernées sous la forme de nombreuses fosses de plantation et de fossés matérialisant ses allées. Dans l'angle sud-ouest de la zone 2, c'est enfin un four à chaux bien conservé qui a été mis au jour. Celui-ci s'installe au croisement de plusieurs allées du parc vers la fin du XVIII e siècle.
Mots-clés (sujet)Sépultures, enclos, fosses, silos, trous de poteau, puits et fossés, fondation, murs, cheminées, seuils, tranchées de récupération, four à chaux, fosses de plantation, extraction de calcaire, céramique, terre cuite architecturale faune, objets métalliques, monnaies
Mots-clés (période)Âge du Fer, Moyen-Âge, Époque moderne
Mots-clés (géographie)Seine-et-Marne, Île-de-France, Souppes-sur-Loing

Accès au document

Document non accessible : le document n'est pas encore numérisé ou bien fait l'objet de droits de reproduction réservés par l'éditeur.

Référence bibliographique

André et al. 2017 : ANDRÉ (Gaëlle), LAUREY (Aurélie), PEYNE (Nicolas) — Souppes-sur-Loing (77), Le Boulay. Rapport final d'opération archéologique, Service régional de l'Archéologie d'Île-de-France. Limoges : Éveha, 2017. 2 vol.