Notice

Auteur(s) Séverine MAGES
Date de publication2016
Titre complet de la publicationBords (17), Place Marc Tranquard - D'une nécropole mérovingienne vers un habitat du Moyen Âge
Type de publicationRapport
ÉditeurÉveha
Nombre de volumes1
Langue du documentfrançais
RésuméUn projet intercommunal prévoyant la création d'un Pôle de Santé et la réhabilitation d'un ancien bâtiment situé à proximité de l'église Saint-Vivien de Bords a nécessité la réalisation d'un diagnostic mené par l'Inrap en janvier 2014. Cette opération ayant révélé une nécropole, le SRA Poitou-Charentes a donc prescrit une fouille sur les parcelles AL5 et 4P, d'une surface de 850 m2. L'intervention archéologique s'est déroulée du 13 octobre au 5 décembre et a été réalisée par le bureau d'études archéologiques Éveha. Cette opération a permis d'identifier quatre-vingt tombes au total, parmi lesquelles cinquante-quatre ont été fouillées entièrement. Pour autant, la présence du bâtiment moderne (Bât A) et du mur de clôture n'a pas permis de découvrir l'étendue de la nécropole dans sa globalité. Toutes les tombes retrouvées sont creusées dans le substrat calcaire, elles étaient fermées soit par des dalles calcaires soit par une couverture périssable maintenue par des pierres de calage. Les individus mis au jour étaient dans un bon état de conservation général. La présence de contenant en bois, coffrage ou cercueil, n'a pas pu être révélée. Il apparait seulement que la plupart des morts étaient enveloppés dans des linceuls à bras et qu'ils avaient, pour certains, la tête posée sur un coussin végétal. Cet espace funéraire qui perdure du VI e au X e siècle est peu après abandonné avant d'être réoccupé par des bâtiments sur poteaux. Le bâtiment sur cave (Bât B) semble avoir été édifié à cette période. Puis, au milieu du XII e siècle, l'église Saint-Vivien est édifiée avec un nouveau cimetière qui se développe le long de ses murs. À la même période, le bâtiment B est reconstruit. Ce dernier, bien qu'aucun élément ne vienne le confirmer, aurait pu alors être utilisé comme bâtiment conventuel. Cette construction sera par la suite remaniée plusieurs fois avant d'être englobée, à l'Époque moderne, au bâtiment A. Celui-ci, qui possédait un plan en L, était relié par le mur 3074 à un second bâtiment localisé dans le secteur 2. Lui aussi de plan en L, il semble former avec le bâtiment A un vaste ensemble sur cour. Ce second bâtiment ainsi que l'aile nord du bâtiment A ont été détruits dans les années 1980 afin de construire la poste et une petite maison attenante.
Mots-clés (sujet)Bâtiment, fosse, sépulture, céramique, faune, tabletterie, objet métallique, outil, monnaie.
Mots-clés (période)Époque médiévale (haut Moyen Âge, Moyen Âge), Époque moderne
Mots-clés (géographie)Poitou-Charentes, Charente-Maritime, Bords

Accès au document

Document non accessible : le document n'est pas encore numérisé ou bien fait l'objet de droits de reproduction réservés par l'éditeur.

Référence bibliographique

Mages 2016 : MAGES (Séverine) — Bords (17), Place Marc Tranquard - D'une nécropole mérovingienne vers un habitat du Moyen Âge. Rapport final d'opération archéologique, Service régional de l'Archéologie de Poitou-Charentes. Limoges : Éveha, 2016.