Notice

Auteur(s) Benoît PESCHER
Date de publication2016
Titre complet de la publicationLarçay (37), La Bergerie Occupations gauloise et antique
Type de publicationRapport
ÉditeurÉveha
Nombre de volumes1
Langue du documentfrançais
RésuméLa fouille de « La Bergerie » a été menée en septembre 2014 sur près de 6 000 m2. Elle précède la construction d'un lotissement au sein de la commune de Larçay (37) dans une zone partiellement urbanisée mais sans suivi archéologique. Le diagnostic a mis en évidence la partie d'un enclos fossoyé dont seul l'angle sud est inclus dans la fouille. La surface totale des occupations n'est donc pas restituable. Sept phases d'occupation ont été reconnues depuis La Tène C2 au haut Moyen Âge. Les premiers vestiges (La Tène C2) sont seulement représentés par un petit fossé qui peut participer de l'organisation générale du plateau et donc appartenir à une installation plus vaste située hors emprise. Une occupation plus importante existe à La Tène D1 avec un petit enclos dont la partie nord manque et dans lequel aucune structure n'est conservée. Le mobilier découvert dans les fossés est cohérent avec un habitat de statut élevé ; aucune activité n'est attestée dans cet enclos. Il peut être lié à une occupation plus importante se développant hors emprise. Un petit bâtiment et quelques fosses annexes sont installés au cours de La Tène D mais il n'est pas possible de préciser leur rôle dans l'occupation. À La Tène D2ba, un grand enclos avec de profonds fossés est implanté dans la partie occidentale de l’emprise fouillée dont il déborde largement. Il inclut deux silos, un puits partiellement fouillé et un bâtiment sur poteaux. Il s'agit d'un habitat aristocratique comme le montrent les quantités et la qualité du mobilier découvert : la céramique et notamment les amphores sont abondantes par rapport à celles d'autres sites locaux. La richesse de « La Bergerie » semble s’accroître à La Tène D2b ; les fossés sont massivement comblés de déchets domestiqués (céramique et amphores, ainsi que monnaies et jetons). Le bâtiment sur poteaux semble être remplacé à la fin de cette période par un bâtiment maçonné auquel est adjointe une cave excavée. L'utilisation de liant à la chaux est une première dans le contexte local. La mise en oeuvre précoce de cette technique de construction étrangère dénote à la fois l'existence de contacts entre le maître des lieux aristocrate et le monde méditerranéen, et le désir de montrer sa puissance. Assez rapidement, entre la fin de La Tène D2b et la période augustéenne, tout est abandonné, les éléments de construction sont récupérés et le terrain nivelé. Les occupations postérieures semblent plus anecdotiques. Avec les changements dans l'organisation du territoire, les aristocrates se sont peut-être rapprochés de Tours (Caesarodunum), nouvelle capitale de cité, et le site est dévolu à de nouvelles fonctions. Quelques structures du Haut-Empire et du Moyen Âge ont également été récupérées mais elles sont dispersées et appartiennent certainement à des occupations se développant dans les environs mais non identifiées.
Mots-clés (sujet)Fossés, enclos, trous de poteau, fosses, tranchées de récupération de murs maçonnés
Mots-clés (période)La Tène D, période augustéenne, Haut-Empire, haut Moyen Âge
Mots-clés (géographie)Centre - Val de Loire, Indre-et-Loire, Larçay

Accès au document

Document non accessible : le document n'est pas encore numérisé ou bien fait l'objet de droits de reproduction réservés par l'éditeur.

Référence bibliographique

Pescher 2016 : PESCHER (Benoît) dir. — Larçay (37), La Bergerie Occupations gauloise et antique. Rapport final d'opération archéologique, Service Régional de l'Archéologie Centre-Val-de-Loire. Limoges : Éveha, 2016.