Notice

Auteur(s) Peggy POULAIN
Date de publication2014
Titre complet de la publicationRougnat (23), Centre bourg
Type de publicationRapport
ÉditeurÉveha
Nombre de volumes1
Langue du documentfrançais
RésuméDans le cadre des réaménagements du réseau d'assainissement effectués à Rougnat par la communauté de communes d'Auzances-Bellegarde, une opération de fouille préventive a été réalisée du 24 juin au 5 juillet 2013 sur l'emprise de la tranchée se situant à l'est de la mairie. Trois sépultures, datées par radiocarbone des VIIIe-IXe siècles, ont été mises au jour. Elles se situent dans le cimetière repéré lors du diagnostic de 2012 qui, grâce à cette opération de fouille, a pu être davantage cerné tant chronologiquement que géographiquement. Vraisemblablement autour de l'an mil, même si nous n'avons pu mettre en évidence des éléments de datation, un fossé, entourant une motte castrale aujourd'hui disparue, vient s'installer en partie au sein du cimetière. Ce fossé est abandonné autour des XIIIe-XIVe siècles et un probable habitat prend place à proximité à cette même période. Cette nouvelle occupation est assez mal définie du fait de l'ouverture relativement petite de la fenêtre et des vestiges peu significatifs mis au jour. Ce point reste à approfondir lors d'investigations futures. Deux caves ont également été découvertes, mais n'ont pu être associées à un habitat. Pour les périodes plus récentes, probablement au XIXe siècle, deux drains ont été trouvés au-dessus du comblement du fossé et des aménagements de la place et de la chaussée. La mise en perspective de ces données partielles, du fait de l'emprise réduite de fouille, a permis malgré tout, de soulever des problématiques intéressantes. Ainsi, la question des lieux de culte au haut Moyen Âge à Rougnat reste en suspens même s'il est fort tentant d'associer les églises Saint-Laurent ou Saint-Jean- Baptiste à cette période. Et quid du toponyme « Saint-Hilaire » ? existait-il un troisième édifice religieux à Rougnat ? La présence de la motte castrale à Rougnat a laissé des traces dans la morphologie du bourg qui restent visibles sur le plan du cadastre ancien établi avant les grand travaux de la fin du XIXe siècle. Ainsi, la question de la présence d'une basse-cour se pose, tout comme celle d'une enceinte fossoyée fermant le bourg. Le choix de la localisation du site castral pourrait être associé à des problématiques de réseau viaire, Rougnat étant entre Auzances et Évaux-les-Bains. Il est envisageable que la motte castrale ait été placée à Rougnat dans le but de disposer d'un point de contrôle le long de l'axe routier. Il serait également intéressant de replacer la motte castrale de Rougnat dans le contexte plus large d'implantation des mottes des Xe-XIe siècles dans la région. Enfin, après l'abandon du fossé, l'occupation du bourg semble connaître un nouvel essor avec le développement de l'habitat. Ces pistes restent à suivre pour des prochaines investigations à Rougnat, tant d'un point de vue archéologique qu'archivistique.
Mots-clés (sujet)Sépultures, fossés, caves
Mots-clés (période)Moyen Âge, Époque moderne
Mots-clés (géographie)Limousin, Creuse, Rougnat

Accès au document

Document non accessible : le document n'est pas encore numérisé ou bien fait l'objet de droits de reproduction réservés par l'éditeur.

Référence bibliographique

Poulain 2014 : POULAIN (Peggy) — Rougnat (23), Centre bourg. Rapport final d'opération archéologique, Service régional de l'Archéologie du Limousin. Limoges : Éveha, 2014.