Notice

Auteur(s) Xavier LHERMITE
Date de publication2009
Titre complet de la publicationLimoges (87), Couvent de la Providence
Type de publicationRapport
ÉditeurÉveha
Langue du documentfrançais
RésuméLes Religieuses de la Providence érigèrent leur couvent, au milieu du XVIIe siècle, dans la Cité de Limoges, à proximité du rempart et de la porte Saint-Maurice. Les bâtiments remplacèrent progressivement, entre 1660 et 1790, les anciennes constructions établies à cet emplacement dont l'hôtellerie nommée logis de la Trappe et l'hôpital Saint-Maurice. L'étude de bâti des caves, associée à différents sondages, a permis de retracer l'évolution des constructions. L'ensemble du site étudié était situé intra-muros comme l'indique la découverte dans le sondage 1 d'une cave de second niveau détruite lors de l'établissement des caves du XVIIe siècle, infirmant l'hypothèse d'un tracé du rempart passant à cet emplacement. Les seconds niveaux de caves semblent s'organiser en plusieurs ensembles distincts qui correspondaient probablement chacun à un édifice différent. Il demeure cependant impossible de proposer l'identification de l'un ou l'autre de ces réseaux avec les caves de l'hôpital Saint-Maurice ou celles du logis de la Trappe. Un sondage réalisé au sein des maçonneries a mis au jour un réseau inédit de caves dont l'étude révèle qu'il s'agit d'un ensemble homogène mais qui fut à une époque mis en communication avec les autres caves du second sous-sol. Les caves du XVIIe siècle, construites en même temps que les bâtiments du couvent, furent établies au détriment des seconds sous-sol situés au même emplacement qui furent systématiquement détruits. Par contre, des passages furent aménagés dans les murs du XVIIe siècle pour accéder aux anciens réseaux, se développant à proximité, qui furent alors restaurés et utilisés. L'étude des élévations des bâtiments construits au XVIIe siècle révèle deux parties distinctes dans la construction. Cependant, cette rupture correspond sans doute plus à la volonté de différencier deux espaces qu'elle ne marque deux campagnes de constructions différentes. Lors de la construction de l'église et des bâtiments lui étant accolés à la fin du XVIIIe siècle, une grande partie des maçonneries ont été établies sur des arcs de décharge. Ce type de mise en oeuvre indique que les constructeurs avaient conscience de l'existence des réseaux souterrains. L'église, beau monument de la fin du XVIIIe siècle, a été attribué à Joseph Brousseau sans réelle preuve. L'étude historique pourrait laisser penser que cette attribution est erronée mais il semble cependant encore difficile de proposer avec certitude un nouveau nom d'architecte. Des modifications intervinrent au XIXe siècle notamment lors de la transformation du couvent en caserne : cloisonnements ou nouveaux percements au sein des caves du XVIIe siècle, mais surtout création sous l'église de nouvelles caves constituant un premier sous-sol.
Mots-clés (sujet)Couvent, caves, bâti
Mots-clés (période)Moyen Âge, Époque moderne, Époque contemporaine
Mots-clés (géographie)Limousin, Haute-Vienne, Limoges

Accès au document

Document non accessible : le document n'est pas encore numérisé ou bien fait l'objet de droits de reproduction réservés par l'éditeur.

Référence bibliographique

Lhermite 2009 : LHERMITE (Xavier) — Limoges (87), Couvent de la Providence. Rapport de sondage archéologique, Service régional de l'Archéologie du Limousin. Limoges : Éveha, 2009.