Notice

Auteur(s) Claire PESENTI
Date de publication2011
Titre complet de la publicationRennes (35), rue des Carmes
Type de publicationRapport
ÉditeurÉveha
Nombre de volumes3
Langue du documentfrançais
RésuméLa fouille menée au 3 rue des Carmes à Rennes (35), au sud de la Vilaine, a mis en évidence des vestiges s'échelonnant de la fin du Ier siècle au XXe siècle. Cette zone marécageuse semble assainie par l'apport de remblais sableux dès la fin Ier-début IIe s. ap. J.-C (phase 1). Une occupation du IIe siècle a pu être décelée. Par la suite le site semble inoccupé et présente un important hiatus entre le IIIe et le XIIIe siècles. Les faubourgs du sud de la Vilaine se développent progressivement entre le XIIIe et le XVe siècle (phase 2). Cette zone est marquée par un nouvel apport de terre dans le but de limiter les débordements de la Vilaine qui sont toujours très fréquents. Les phases d'occupations suivantes ( seconde moitié du XVe siècle - XVIIIe siècle) sont caractérisées par l'installation des frères Carmes au manoir de la Tourniole rue Vasselot. La création du couvent, enfoui profondément, a occulté une partie de l'occupation antérieure sans toutefois en détruire la totalité. La fouille de ce site et la confrontation avec les sources écrites et figurées ont permis de préciser le plan du couvent et son évolution . Néanmoins, la parcelle étant située à la fois sur le chevet de l'église à l'ouest et les bâtiments conventuels à l'est, l'opération offre seulement une vision partielle du monastère. Cette fouille a toutefois permis de mettre en évidence l'importance et le rayonnement de cette communauté au niveau religieux, économique et social. L'année 1779 marque un tournant, certains bâtiments accueillent un hôpital militaire et les frères Carmes sont chassés en 1792. L'église est démolie, une partie du cloître est démontée, de nouvelles rues sont percées. La ville découpe le couvent en six lots et les met en vente à partir de 1799. La présence de grandes fosses marquent cette période. Au XIXe siècle, la réalisation d'une probable habitation sur la partie est de la parcelle fait écho au nouveau plan d'urbanisation de la ville basse. La Vilaine est canalisée, les ruisseaux de Brécé et de Joculé sont comblés, les remparts sont supprimés et de nouvelles places sont créées dans le but de désenclaver ce secteur. Enfin, la dernière phase au milieu du XXe siècle correspond au changement de destination de la parcelle avec la réalisation d'un hangar destiné à la serrurerie et la ferronnerie.
Mots-clés (sujet)Architecture religieuse, tranchée, fosse, trou de poteau, solin, mur, foyer, sol, sépulture, occupation
Mots-clés (période)Antiquité, Moyen Âge, Époque moderne
Mots-clés (géographie)Bretagne, Ille-et-Vilaine, Rennes

Accès au document

Document non accessible : le document n'est pas encore numérisé ou bien fait l'objet de droits de reproduction réservés par l'éditeur.

Référence bibliographique

Pesenti 2011 : PESENTI (Claire) — Rennes (35), rue des Carmes. Rapport final d'opération archéologique, Service régional de l'Archéologie de Bretagne. Limoges : Éveha, 2011. 3 vol.